On est tous conscient qu’acheter une maison ou une voiture nécessite une bonne somme d’argent. Raison pour laquelle on est dans l’obligation de souscrire un crédit, car l’apport personnel est insuffisant. On est tous conscient qu’une fois que l’on souscrit un crédit, on est dans l’obligation de verser une somme mensuellement pour pouvoir honorer ses échéances. Par contre, dans le cas où l’on n’est plus dans la mesure de les honorer, les organismes financiers ou les banques nous avisent et l’on doit faire face à une situation de surendettement. Dans ce cas, il se peut que les organismes financiers procèdent à la saisie immobilière. Mais existe-t-il une façon de l’éviter ? Justement, il existe plusieurs options pour éviter la saisie immobilière, parmi lesquelles la vente à réméré. Cette dernière est en fait la dernière solution du propriétaire face au surendettement. Si toutes les tentatives de restructuration de crédits ont échoué, il ne reste plus qu’à procéder à la vente à réméré. Focus sur ce système de la dernière chance.

La vente à réméré, qu’est-ce que c’est ?

La vente à réméré immobilier ? C’est devenu un terme courant depuis un certain temps. Mais bien que ce système soit assez répandu, de nombreuses personnes ignorent encore ce que cela signifie en réalité. D’une manière simple, ce type de vente, également appelée « vente avec faculté de rachat » est une procédure dont le vendeur dispose d’un délai défini au préalable pour racheter le bien cédée. Cela dit, le propriétaire d’un bien doit vendre sa maison à un investisseur, tout en continuant d’occuper le logement, mais en tant que locataire. De ce fait, il est donc dans l’obligation de verser une somme régulière à l’investisseur qui est maintenant devenu le nouveau propriétaire de la maison. Par contre, une fois que sa situation est stable, il peut rembourser l’investisseur et pourra redevenir propriétaire. Toutefois, ce principe est fait pour les principes surendettées qui n’ont plus le droit de procéder à une restructuration de crédit pour l’une des raisons suivantes : l’inscription au FICP (fichier national des incidents de crédits aux particuliers), les situations d’interdit bancaire ou encore l’instabilité professionnelle (comme le manque de pérennité de revenus).

Racheter un bien vendu en réméré

Une fois que le vendeur décide de procéder à la vente à réméré immobilier, plusieurs options se présentent, mais tout dépend des deux parties. Il se peut que l’investisseur se contente du loyer payé. Le vendeur doit en d’autres termes versés la somme de l’investissement. Il se peut aussi qu’en plus du loyer versé, l’investisseur demande une somme complémentaire, qui correspond à la différence de valeur de la maison, entre la date de la vente et la date du rachat. Le choix varie donc selon les besoins et l’accord des deux parties. Mais dans tous les cas, il faut que tout se trouve dans le contrat de vente. Cependant, il est à noter qu’il est plus que nécessaire de contacter un notaire pour que tout soit légale. De plus, les personnes intéressées par ce type de vente est fortement conseillé à demander de l’aide auprès d’une étude notariale, afin de faciliter les procédures.

Catégories : Immobilier