Lors de la souscription à un crédit immobilier, le banquier propose une assurance emprunteur. Cette compagnie prend le relais si un cas de force majeure empêche le bon déroulement du remboursement. Il s’agit d’une vigilance vivement recommandée, sans pour autant être une obligation. Voici quelques raisons de recourir à cette précaution.

Indispensable en cas de difficulté à payer le crédit immobilier

Il est suggéré de  consulter le site credit4you.be pour apprendre le maximum de détails sur les crédits immobiliers. Cette adresse apporte de précieux conseils concernant l’anticipation des scénarios possibles. L’assurance emprunteur cherche principalement à protéger les intérêts de la banque. En cas de difficulté à rembourser, la compagnie se charge de payer la somme restante due. Ce système permet en même temps au client au souscripteur d’avoir l’esprit tranquille. Les aléas sont encore nombreux pendant la durée du contrat. En 15 ans de mensualité, des événements imprévisibles peuvent survenir. Un accident, une maladie et bien d’autres sinistres peuvent surprendre. L’assureur détermine les cas de figure pour lesquels il prend en charge le paiement de la somme restante. La compagnie entre en scène notamment lors d’une invalidité. Elle peut également apporter son aide si le contractant décède avant la fin du remboursement. Cela évite aux ayants droit d’être déshérités ou d’assumer un lourd endettement. Bref, tout emprunteur doit envisager toutes les situations possibles et anticiper les solutions.

Une assurance emprunteur bien choisie reste indispensable

L’utilité d’une assurance emprunteur lors d’un prêt immobilier se passe de commentaire. Par contre, le souscripteur à un crédit doit bien se renseigner sur les garanties. De manière générale, les compagnies couvrent l’invalidité. En cas de perte de revenus suite à une maladie ou un accident, le système est enclenché. Il y a quelques nuances à distinguer. Certaines offres prévoient seulement l’incapacité à travailler temporaire. D’autres se destinent uniquement pour des professions définies. D’ailleurs, la cotisation dépend des risques encourus. Il y a des métiers plus dangereux que d’autres. L’âge est également pris en considération. Tout cela constitue un bon début, mais il faudra encore étendre la protection sur d’autres sinistres. L’assureur devrait se charger de payer l’intégralité du reste à rembourser en cas de décès. Il est nécessaire de se renseigner sur les modalités. Le but n’est pas de déposséder les enfants ou le conjoint de l’emprunteur du bien immobilier.

Le souscripteur peut décliner l’assureur proposé par la banque

La plupart des banques proposent une assurance emprunteur pour les souscripteurs au crédit immobilier. Le créancier omet souvent de dire que le client a le droit de ne pas l’accepter. Il a la possibilité de chercher lui-même sa compagnie. C’est une manière de jouir d’un plus large panel de garanties. Pour avoir la certitude d’être bien couvert, le débiteur doit s’informer sur les conditions générales de vente. Le contrat qui le lie à l’assureur devrait être clair. Parfois, l’accord exclut les maladies telles que la dépression ou le mal de dos. En effet, la médecine n’a pas encore trouvé des solutions pour ces pathologies. Le souscripteur a intérêt à mener des recherches en amont de la signature du contrat de prêt immobilier. C’est l’unique moyen de jouir de la meilleure qui soit.

Catégories : Immobilier