Le faîtage est la pierre angulaire d’une toiture, car il fait partie de ses constituants majeurs. Concrètement, il s’agit du sommet d’un toit qui joint deux versants. Cet élément joue un rôle essentiel, car il protège la partie supérieure de la charpente (la faîtière) et les combles contre les intempéries. Il assure également la solidité et l’étanchéité du revêtement du toit. Le type de faîtage à mettre en place varie d’ailleurs en fonction du matériau de couverture choisi pour habiller ce dernier. Dans cet article, nous abordons les points essentiels à savoir sur cet élément de la toiture.

Quel est l’intérêt d’installer un bon faîtage de toiture ?

La toiture figure parmi les éléments de la bâtisse qui la protège contre les eaux de pluie, le vent et la neige. Pour garantir le confort au sein de la demeure ainsi que la solidité du toit, l’installation du faîtage est primordiale.

Comme susmentionné, le faîtage est un garant de l’étanchéité du toit. Il préserve la charpente des infiltrations d’eau. Ces dernières sont en effet responsables de la condensation sous-toiture entre le revêtement et le pare-vapeur. Pourtant, un tel phénomène peut occasionner le pourrissement des poutres en bois et le développement des moisissures et des champignons.

Néanmoins, sachez qu’il est possible de freiner la formation de vapeur d’eau sous toiture grâce à l’installation des chatières. Il s’agit d’un système d’aération qui crée une lame d’air, en l’occurrence le vide sous-toit ou vide d’air. Une grille ou un peigne sera utilisée pour protéger celle-ci contre les nuisibles.

Enfin, les combles doivent être bien ventilés. Pour cela, on peut recourir à une ventilation mécanique contrôlée (VMC) ou à une ventilation positive hygroréglable (VPH). Pour la mise en place de ces dispositifs, il est conseillé de faire appel à un artisan couvreur.

Quelles sont les différentes sortes de faîtages de toiture ?

Le type de faîtage à utiliser variera en fonction du matériau de couverture qu’on a choisi pour habiller le toit. On peut distinguer :

Faîtage sur une toiture en tuiles

Lorsque la toiture est revêtue de tuiles en terre cuite ou de tuiles plates, la pose d’un faîtage en tuile est à privilégier afin que son esthétisme soit conservé. Les tuiles faitières sont alors disposées à cheval au sommet des deux versants du toit. Pour les fixer, les artisans couvreurs utilisent traditionnellement du mortier.

Faîtage sur une toiture en ardoises

Pour ce type de toiture, on peut recourir à deux sortes de faîtages : le zinc et les tuiles en ardoises. Dans la majorité des cas, on positionne des bandes de zinc à cheval sur les deux versants de la toiture. Elles sont pliées selon la pente de la toiture et clouées sur les liteaux de la charpente.

Faîtage sur un toit en chaume

Le faîtage s’obtient grâce à un mélange de terre argileuse et de morceaux de roseaux. Pour assurer l’étanchéité de la toiture en chaume, ce mélange sera appliqué au sommet de celle-ci.

Quand rénover le faîtage de sa toiture ?

La durée de vie d’une toiture dépend du type de matériau de couverture utilisé. Elle va dépendre également de sa forme et de son inclinaison. Les toitures en ardoises ou en tuiles de terre cuite résistent par exemple plusieurs dizaines d’années. Malgré cela, il faudra constamment veiller à l’état de leur faîtage.

En effet, il est conseillé de le rénover avant que la toiture ne présente des fissures ou que des signes de dégradations apparaissent sur la charpente. Pour la rénovation du faîtage de toiture, nous vous conseillons de faire appel à un artisan couvreur.

Catégories : Non classé